Leçon du jour – Le management par la réorganisation

mai 23rd, 2010 - Posted by BILL

 La leçon du jour : le MPRTV management par la réorganisation à tout va.

C’est quoi ? La stratégie du MPRTV consiste à régulièrement changer toute l'organisation interne de l'entreprise.

Qui peut le faire ? Toute SSII dont la taille est suffisamment importante pour ne pas impacter le business en changeant l'organisation. Le PnL étant quasiment toujours maintenu par de petites équipes autonomes qui vendent de façon plus où moins enrobée des jours/hommes, que vous les rattachiez à tel ou tel incompétent ne change pas grand-chose, la notion de pays ou de metier n'a de réalité que dans la manière de consolider des résultats déjà acquis. 

On le fait comment ? Vous étiez décentralisés : rencentralisez tout ! Vous étiez découpés en régions et pays : cassez tout et imposez un découpage par metiers. Vos équipes sont managées par pôles clients : isolez le commerce du delivery et le delivery de la prod. Vous aviez des pôles d'expertise isolés : imposez leur 50% d'offshore. Ensuite recommencez tout à l'envers, l'important, c'est de changer, pas d'optimiser.

Pourquoi c’est bien ? Parce ça permet de redistribuer les cartes entre vos employés et les maintient dans une logique de changement. Vous êtes harcelé par un client psychopathe ? C'est pas grave à la prochaine reorg vous serez peut-être affecté sur un autre périmètre. Votre patron est un escroc incompétent ? C'est pas grave à la prochaine reorg dans 6 mois il sera plus là (quoique on en a vu s'accrocher un peu plus longtemps que ça).

Pourquoi c’est pas bien ? Parce ça tue l'innovation et l'investissement sur le long terme. Dans certains métiers ce serait signer son propre arrêt de mort, mais pour une boîte de service ce n'est pas grave. Les SSII ne décident pas du business. Leurs soit-disantes "Offres" ne sont que des chimères pour se donner une belle image. Dans la réalité elles se contentent de d'attendre une demande de leur clients, et leur seules convictions sont celles que leur clients veulent entendrent.
Parce qu'une boite de services, c'est des hommes et des femmes. Et nos dirigeants oublient parfois que ce qu'ils délocalisent, ce ne sont pas juste des machines outils.

Est-ce que ça tient dans la durée ? Oui, car cela permet à tout nouveau dirigeant de marquer son passage, si court dusse-il être. Et si jamais le règne venait à durer, cela permet d'éviter crises, grèves et mécontentement. Tous vos colloborateurs avaleront toutes les couleuvres d'aujourd'hui s'ils savent que demain on rase gratis. En résumé, on repousse à jamais la confrontation avec l'affligeante mediocrité du métier.

Leçon du jour – Le Management par la Terreur

avril 10th, 2010 - Posted by BILL

A défaut de pouvoir faire des privates jokes sur l'avenir de GNU dans le monde des dinos (quoique, la météorite approche…), j'ai décidé de reactualiser nos très prisés cours de management pour les nuls avec les dernières méthodes à la mode.

La leçon du jour : le MPT – Le Management Par la Terreur

C’est quoi ? La stratégie du MPT consiste à garder la carotte pour soi et faire généreusement usage du baton sur les autres.

Qui peut le faire ? Tout manager qui a suffisament peu d'humanité pour ne pas culpabiliser.

On le fait comment ? Ce n'est pas aussi facile que ça en a l'air. Les cris et les menaces n'impressionnent que les stagiaires et les RH émotives. Le plan social ça donne une mauvaise image. Il faut donc employer des méthodes plus pernicieuses.
Il faut toujours commencer par les fondamentaux : primes d'objectifs indexées sur un CAC40 à 7000 points, augmentations savamment ajustées sur le prix de 2 mètres de corde, grosse réorganisation pour destabiliser tout le monde.
Ensuite on ajoute une couche d'offshore : une mutation au Maroc avec un salaire divisé par 5 c'est une aubaine pour le pouvoir d'achat.
Mais le top, c'est la relocalisation de tous les collaborateurs que l'on entasse sur des open spaces en "desk sharing". Le "desk sharing", c'est une version moderne des chaises musicales qui se joue vers 8h du matin et qui permet de faire une selection naturelle entre les 30 collaborateurs qui habitent dans la campagne inaccessible et reculée où sont vos nouveaux bureaux, et les 5000 autres qui vivent normalement en zone civilisée.

Pourquoi c’est bien ? Parce c'est connu, on courre plus vite avec le feu aux fesses. Avec 2 collaborateurs tous les 5 m2, pas de risque qu'ils passent des coup de fil en douce ou bien qu'il surfent sur Internet aux heures de bureau. Quand à ceux qui seront condamnés à travailler sur un tabouret dans leur propre cuisine, ils ne sont pas tentés de comploter à la machine à café.

Pourquoi c’est pas bien ? Parce c'est connu, avec le feu aux fesses on courre, mais dans n'importe quelle direction. Quand le marché repartira les bons se casseront et vous devrez augmenter les boulets (d'une crise pétrolière à une autre, à force de s'accrocher Ex-Petit-Chef-Conseil et D'Artagnan sont arrivé à palper les 150k€/an).

Est-ce que ça tient dans la durée ? Oui, tant qu'un abruti de technocrate ne décide pas de faire ouvrir une enquète pour mesurer le taux de suicide dans votre entreprise.

GNU et la stratégie du pasnous pasnous

mai 21st, 2009 - Posted by BILL

 Dans sa lutte avec JR, GNU ne recule devant aucune méthode éprouvée pour défendre son pré-carré. Cette semaine, il s'essaie à la stratégie du Pasnous Pasnous

 C’est quoi ? La stratégie du Pasnous Panous consiste à toujours trouver un compable en dehors de sa division pour excuser les conneries de ses propres équipes.

Qui peut le faire ? Tout manager qui a un peu d'imagination et des collaborateurs qui font des conneries.

On le fait comment ? Tant que les responsabilités ne sont pas établies, c'est facile, il suffit de dire que c'est la faute des autres. La présomption d'innocence est un principe sacro-saint de la stratégie du pasnous pasnous. En plus, des fois c'est vrai que vos équipes n'y sont pour rien. Bien sûr, une fois qu'il est clair que c'est vos bras cassés qui ont déconné à plein nez, l'exercice se corse un peu mais reste à la portée de tout un chacun. Dans ce cas il faut blâmer les outils, les procédures, les moyens, le chef de projet, la meteo, le client, les subprimes, MS Windows, le manque de communications entre équipes, le réchauffement climatique, la complexité de l'infrastructure…

Pourquoi c’est bien ? Parce qu'après tout ça, vos clients et collègues retiendrons que gérer une centrale nucléaire ce n'est rien à côté de gérer des VG et des FS sous Unix. Parce que même si de toute évidence vos gars sont coupables à 200% vous aurez réussi à insinuer le doute. Parce que vous serez chaudement félicité par votre hiérarchie pour avoir réussi à identifier le vrai coupable, et vos collaborateurs vous porteront en héros pour les avoir couverts.

Pourquoi c’est pas bien ? Parce que vous ne pourrez plus vous faire plaindre pour avoir à gérer des boulets. Parce que vos équipes profiteront de l'inpunité pour faire des conneries toujours plus grosses. Parce que vous passez des heures à essayer de prouver l'indémontrable alors qu'il est parfois si simple d'admettre que tout le monde à le droit de se tromper.

Est-ce que ça tient dans la durée ? Oui, si tant est que vous ne tombiez pas d'épuisement à force de devoir déployer une energie toujours plus grande pour réinventer les organisations, les processus, les infrastructures que vous aurez remis en cause juste pour ne pas avoir à reconnaître une simple erreur humaine.

Le match

octobre 16th, 2008 - Posted by Le Charpentier

Mardi soir ou plutot fin d'après-midi en SSII 18h30 quoi, plus personne dans les bureau.

Ce soir c'est match. Grand Chef invité par un partenaire est au stade.

Le lendemain, rien sur le score, mais beaucoup de détail sur la pute qui était dans la loge VIP  du groupe …

Ah si, il a sifflé …

La stratégie du choco-BN

juillet 2nd, 2008 - Posted by BILL

Les rayons de la Fnac sont truffés de méthodologies sur comment manager ses subbordonnés. Et on oublie trop souvent que pour réussir il faut surtout savoir manager son chef.

Il y a parfois des épisodes de votre vie professionnelle où vous devez manager un chef manquant cruellement de maturité. On s’égosille alors : " Mon chef est nul ! C’est un incapable ! On est foutus !"

Cessez les jérémiades : avoir un chef incompétent est une formidable opportunité. Un truc inespéré !

Pourquoi ? Parce qu’un chef incompétent est facile à manager ! il suffit d’appliquer la stratégie du choco-BN.

Mais c’est quoi la stratégie du Choco-BN ?
C’est très facile. Prenez un enfant de 4 ans (le votre, un de votre soeur, un de ceux que vous attirez avec des smarties au supermaché pendant que la mère a le dos tourné, bref peu importe, du moment qu’il commence à savoir compter sur ses doigts).
Donnez lui une chambre avec plein de jouets.
Jetez-vous ostensiblement sur un des jouets avec lequel il ne joue pas.
Hurlements. Trépignements. Caprice. Je ne suis pas d’accord !

Cette situation arrive plus souvent que vous croyez au bureau. Je ne parle pas du fait que Grand’Chef prépare son forecast en comptant sur ses doigts, mais de toutes les situations où vous générez une frustration ou insatisfaction chez lui ("Je n’ai pas rempli mon pipe", "Je fais no go sur ton projet de merde" "Je veux réduire mon préavis", etc.).

La clé de cette situation est pourtant simple : faites comme avec un enfant de 4 ans, promettez-lui un choco-BN pour le goûter. Ma fierté ? Un BN ? Il choisit le BN bien sûr, c’est toujours plus important qu’un caprice.

Pour votre chef, le BN c’est souvent le bout de marge bien grasse qu’il se voit déjà tartiner sur son bonus. Exemples :
"Je n’ai pas rempli mon pipe, mais on a signé le projet du siècle à Dijon !" (on a bien sûr personne de dispo mais ça on le dit pas)
 "Je fais no go sur ce projet de merde, mais c’est pour passer plus de temps sur cette avant-vente à 40 M€" (à 0% de probabilité de succès mais ca on le dit pas)
"Je veux réduire mon préavis, mais tu vas pouvoir enfin me facturer" (pour faire du télétravail mais ça on le dit pas)

Bref, la stratégie du choco-BN ça marche à tous les coups !

Alors en ces périodes de Mercato, si vous aussi, vous envisagez de changer de chef, choisissez le prochain pour son incompétence.

“Grand chef” découvre le management d’une BU

novembre 20th, 2007 - Posted by GNU

Un codep inoubliable !!! 11 minutes de présence et 8 minutes de rigolades. Mieux que le café théatre et en plus c’est gratuit. Impossible de faire mieux. Je vais finir par le mettre sur YouTube pour en faire profiter le monde entier…..

Voici un résumé en quelques lignes !!
– Grand chef découvre la refacturation de l’avant vente. Eh oui nous sommes presque fin novembre et grand chef vient de se rendre compte qu’il est possible de refacturer nos coûts d’avant-vente. L’essentiel c’est qu’il progresse. Tu vois bill, on finira par en faire un vrai manager de BU. Essayons d’y arriver avant sa retraite
– « J’ai abusé et ca se voit » ou comment dans le budget j’ai chargé un max mon ennemi « petit chef conseil » et soulagé un max mon ami le breton. Avec « grand chef », il y a jamais gris clair ou gris foncé mais blanc ou noir.
– Les open-space : Pas de nouveau design 2008 pour nos « open space » car il y a plus de budget.Faut pas déconner, on a la fête début janvier 2008 et on crame tout le budget en un coup. La consigne c’est « pain et soupe » pour tout le monde et en plus l’assistante propose voir limite décide que nos grands directeurs de projets abandonnent leur super bureau pour venir dans l’open space à coté des experts. A la fin de l’année, on s’installe dans les entrepots des restos du coeur mais on ira faire la fête au LIDO.
– « On va tout exploser en 2008 »: Ca recommence, Grand chef nous a encore fait le coup de « l’impulsivité du manager compétent » en se projetant 5000 experts l’année prochaine. Il faudrait vraiment penser à l’accompagner chez un psy. Ca doit se soigner!!
– « Grand chef maitrise les prix » : Merde, on revend plus chère en interne nos moutons avec le nouveau système alors que ca devrait être l’inverse. Grand chef a promis de regarder les chiffres (certainement pour la première fois de sa vie). On aura certainement un retour en novembre 2008 pour appliquer la règle à partir de janvier 2008.
-« Les frais des moutons » : Grand chef vient de découvrir au mois de novembre que nos moutons roulent en ferrari et nous facturent 500Kms par jour. La aussi, il progresse car il vient de s ‘en rendre compte au mois de novembre. L’an dernier, il a rien vu.

Grand chef parfois tu m’emeus par ta naiveté, parfois tu me fais vraiment rigoler mais surtout reste le même car tu es vraiment une source d’inspiration intarissable…….

Le Management pour les nuls – le CD2GC

novembre 16th, 2007 - Posted by BILL

La leçon du jour : Le CD2GC – Comment se Débarasser de 2 Guignols que j’ai recruté sans passer pour un Con 

C’est quoi ? Le CD2GC consiste à reconnaître ses erreurs (par sa propre initiative ou contraint et forcé) et assumer ses responsabilités en prenant des décisions difficiles mais nécessaires.

Qui peut le faire ? Tout manager qui a un talent pour séduire et recruter mais pas pour fidéliser et diriger.

On le fait comment ? Soit on a des couilles et on explique clairement la situation à son collaborateur en l’aidant à trouver une solution de sortie convenable. Soit on fait comme Grand’Chef et on laisse pourrir la situation en mettant une pression malsaine et en espérant que les gens partiront d’eux-même (‘si tu n’arrives pas à staffer tes gars, il faut que tu prennes tes responsabilités". "Ah, mince, tu as réussi à staffer ces boulets?" "C’est inadmissible, tu ne les aient pas vendu assez cher, il faut que tu prennes tes responsabilités"). Si on fait comme Grand’Grand’Chef on ne fait rien, c’est pas grave d’avoir des guignols sous ses ordres.

Pourquoi c’est bien ? Parce que s’ils continuent à vous prendre pour un con ça va finir par se voir et votre image de play-boy des comités de direction va en prendre en coup.

Pourquoi c’est pas bien ? Parce que de toute façon votre image va en prendre un coup. Une erreur de casting, c’est acceptable. Cinq erreurs de casting, c’est vous l’erreur.

Si c’était une expression ? Avoir les yeux plus grand que le ventre (mais avoir le courage de jeter les restes).

Est-ce que ça tient dans la durée ? Oui, parce que ces guignols s’accrochent et finissent par prendre un certain plaisir à vous prendre pour un con. Qui sait, un jour, ils vont finir par avoir l’idée de faire un blog et mettre tout Internet au courant de vos lacunes ?

Le management pour les nuls :CT2P ou Comment Trouver 2 Pigeons

novembre 9th, 2007 - Posted by GNU

La leçon du jour : Le CT2P ou l’art de Comment Trouver 2 Pigeons pour une chose que j ‘ai promis à mon DG

C’est quoi ? Le CT2P est une technique de management qui consiste à trouver rapidement 2 pigeons pour tenir un engagement qu’on a pris sans réfléchir avec son DG.

Qui peut le faire ? Tout manager qui n’analyse pas et qui parle en temps réel devant son DG sans réfléchir et sans prendre le moindre recul. Biensûr, il faut préciser que cet engagement est pris sur un domaine sur lequel il n’a aucun échantillon sur lui et également sur des sujets qui ne concernent pas la socièté (WEB 2, SOA, Conformité réglementaire… et j’en passe)

On le fait comment ? C’est très facile. Tu trouves 2 pigeons dans un bureau qui s’entendent bien de préférence après le déjeuner un vendredi après midi et tu leur demandes si ils ont 2 minutes à t’accorder sans leur dire que dans ton espace temps 2 minutes veut dire 2 heures. Ensuite, tu leur expliques que tu as longuement réfléchis avec les 4 personnes les plus importantes de la société sur la création de session de formation type "vulgarisation et technique" pour tous les collaborateurs de la socièté et qu’ils sont vraiment les personnes indispensables et uniques pour assurer ses séances. Au passage, tu les fais un peu flipper en leur disant qu’ils seront filmés en videoCast et que potentiellement ils peuvent devenir le top 10 de Youtube s’ils racontent des conneries.

Ce qu’il ne faut pas faire ? Le principe de base est qu’il ne faut pas laisser réfléchir les 2 pigeons et surtout ne pas leur poser de questions ouvertes car en 2minutes (réelles cette fois-ci), ils vont te détruire ton projet en t’expliquant que c’est tout l’inverse qu’il faut faire en appliquant des règles de bon sens. En gros, ils viennent  de t’expliquer que ton projet c’est du "n’importe quoi" et que tu es dans la merde pour expliquer à ton DG que ce que tu lui as proposé ne tient pas la route.

Est-ce qu’il y a mieux ? Oui, Les 2 pigeons ne voulant pas passer pour des cons à ta place, t’embrouillent pour échanger les sujets pendant 1H et ensuite t’embetent à nouveau sur l’objectif et le contenu du sujet. Là, tu es carrement dans la "merdas", car il va falloir expliquer à ton DG que tu dois changer la forme et le fond.

Est-ce que ça tient dans la durée ?  Oui mais certainement  que sur les 2 premières séances histoire de griller les 2 pigeons sur toute la société et sur "youtube".

Le Management pour les Nuls – Le surbooking

novembre 8th, 2007 - Posted by BILL

La leçon du jour : Le Surbooking

C’est quoi ? Le surbooking est une technique de vente qui consiste à proposer le même consultant à plusieurs clients en même temps en espérant qu’il n’y en aura qu’un seul qui signe.

Qui peut le faire ? Tout manager qui a plusieurs clients (>2). De ce fait, le MMF (Middle Management Fantôme, faut suivre les posts) qui n’a pas compris qu’il pouvait staffer son équipe en dehors du compte où il intervient n’est pas éligible.

On le fait comment ? C’est très facile, on prend toutes les demandes client qui ont un mot clé commun avec le CV du consultant (Ex : "Windows", "France", "Ingénieur" ou "Octobre") et on répond en insistant sur le fait que le consultant est disponible immédiatement pour pas cher.

Pourquoi c’est bien ? Parce que comme dans les avions, si on ne le fait pas un peu le taux de remplissage n’est pas très bon. Et Grand’Chef aime les consultants bien staffés (même lorsqu’on les envoie faire du contrôle de gestion alors qu’ils ont été embauchés pour faire du conseil en sécurité)

Pourquoi c’est pas bien ? Parce que comme dans les avions, si on le fait trop la gestion de la relation client au moment de l’embarquement devient très douloureuse…

Est-ce qu’il y a mieux ? Oui, on peut faire du Surbooking Multi-Modal. Ca c’est quand Grand’Chef se met également à proposer vos consultants à des clients sans se renseigner sur leur dispo et bien sûr sans vous prévenir.

Est-ce que ça tient dans la durée ? Non, en général vos clients finissent par trouver que vous les prenez pour des cons, et vos consultants finissent par trouver que vous les prenez pour des cons. A moins que ce soit l’inverse.

Le management pour les nuls : le MMF (ou le concept pas cher qui tue)

octobre 30th, 2007 - Posted by GNU

La leçon du jour : Le Middle Management Fantome (MMF) issue des fondamentaux du MTN (management  du Trou Noir) 

C’est quoi ? Un MMF est un TeamLeader (un mouton déguisé en chien de troupeau) qui fait du management en même temps que sa mission. Il a été promus il sait pas encore pourquoi.Il reçoit tout un tas d’informations et de demandes auxquelles il comprend rien par manque de formation. En résumé, il a rien compris de ce que l’on attend de lui.

Qui peut le faire ? Tout consultant qui a réussi à se faire empapaouter par "grand chef" ; "C’est la chance de ta vie de devenir un véritable manager" a dit grand chef. "Mais c ‘est quoi un manager?", " tu routes tes mails le plus rapidement que possible vers la personne de qui de droit ou au premier chien de troupeau que tu trouves".

On le fait comment ? Il faut passer par 4 étapes.
Etape 1 :   Phase d’empapaoutage : Un consultant un peu naif qui accepte le poste sans comprendre ce que l’on attend de lui
Etape 2 :   Phase "je suis chef !!!!" :  Je vais exploser mon variable et je vais enfin gagner du pognon
Etape 3 :   Phase "je commence à comprendre les emmerdes" : Merde il m’ avait pas tout dit !!!
Etape 4 :   Phase "Comment sortir des emmerdes" : trop tard tu as signé. La prochaine fois tu réfléchiras !!!

Pourquoi c’est bien ? Parce que cela donne l’illusion que vous êtes "grand chef" avec tout les inconvénients : tout le monde pense que vous êtes quelqu’un d’indispensable dans l’organisation car vous assurez la couche 2 du RBP; Pas de locaux, petit salaire et   vos collègues sont trop content de ne pas être à votre place. En réalité, vous êtes dans la merde.

Pourquoi c’est pas bien ? Avant d’arriver au nirvana comme Grand’chef, il faut passer par des étapes douloureuses où on vous presse de "closer les deals", où on vous demande de foncer, où l’on vous menace de vous demander de faire des propales le soir en rentrant  ou le WE,  où l’on vous suggère de vous "poser des questions" sur votre avenir si le business tarde à décoler…En gros , il faut bosser

Est-ce que ça tient dans la durée ? Oui, jusqu’à 7 mois :)